ÉDITIONS YELLOW NOW

ÉDITIONS YELLOW NOW
 

ÉVÉNEMENTS

RÉTROSPECTIVE GUY GILLES /// CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

SIGNATURE ET PROJECTION / RENCONTRES DU 29

DES BOUQUINS SOUS LE SAPIN

Consulter la liste complète

 

OPÉRATION DRAGON
978-2-87340-268-6

Bernard Benoliel
OPÉRATION DRAGON
de ROBERT CLOUSE

2010
128 pages
12 x 17 cm
12.50

Coïncidence : le 27 novembre 2010, on fêtera le 70e anniversaire de la naissance de Bruce Lee… Star météorique au début des années 70, phénomène à l’écran sans précédent ni véritable successeur, sa performance d’acteur – si souvent négligée ou caricaturée – avait besoin du cinéma pour s’épanouir. En retour, son corps et son expressivité semblent la définition même du 7e art. Bruce Lee, l’homme-cinéma. […]

 […] De son vivant et depuis sa mort, Bruce Lee est devenu une star et un symbole universels, et ni l’un ni l’autre ne sont prêts de pâlir. Mais c’est toujours la même histoire qui se raconte, les mêmes légendes et anecdotes à longueur de biographies, les mêmes superlatifs, les mêmes falsifications aussi, en particulier celle qui voudrait ne faire de lui qu’un philosophe engagé sur la voie de la sagesse au détriment du combattant et même de « l’enragé », une rage et une fureur dont ses films, heureusement, ont gardé la trace indélébile. Car ce qui compte avant tout, c’est la folle singularité d’une présence d’acteur à l’œuvre dans tous les films où il apparaît.

D’où l’idée d’en revenir aux films, en particulier à son dernier, Opération Dragon (1973), et de les considérer comme l’archive primordiale pour comprendre le mystère d’une telle présence. Et de là, « rapatrier » Bruce Lee dans le champ du cinéma et de l’analyse, pratiquer l’étude à même le corps cinématographique : « Enter the Dragon », enfin.


Ancien critique aux Cahiers du cinéma et pour la revue Cinéma, délégué général du Festival international du film de Belfort pendant cinq années (2001-2005), Bernard Benoliel est directeur de l'Action culturelle à la Cinémathèque française. Il a publié plusieurs ouvrages, sur Anthony Mann (2004), Clint Eastwood (2007) et Yasujiro Ozu (2008). Il a aussi dirigé, en 2004, un ouvrage collectif intitulé le Préjugé de la rampe. Pour un cinéma déchaîné.

Retour