ÉDITIONS YELLOW NOW

ÉDITIONS YELLOW NOW
 

ÉVÉNEMENTS

RÉTROSPECTIVE GUY GILLES /// CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

SIGNATURE ET PROJECTION / RENCONTRES DU 29

DES BOUQUINS SOUS LE SAPIN

Consulter la liste complète

 

SUR LES TRACES DE MARIO RUSPOLI
978-2-87340-332-4

Martin de la Soudière
SUR LES TRACES DE MARIO RUSPOLI
EN LOZÈRE. RETOUR SUR "LES INCONNUS DE LA TERRE"

2013
144 pages
12 x 17 cm
13.00

Préface de Daniel Fabre /// Contribution de Jean-Christophe Monferran

Qui ne rêve des pays d’en haut ? La Lozère est de ceux-là. Haut plateau à la géographie difficile, aux paysages qu’on dit parfois lunaires en été et, en hiver, sibériens, elle sut attirer au début des années 60 un cinéaste italien, le prince Ruspoli. Fleuron du cinéma direct, un film inoubliable s’ensuivit : Les Inconnus de la terre, dédié à la pauvreté des paysans de montagne et à l’isolement en général. […]

[…] Une manière d’hommage et de respect, le même respect qu’il montra pour les malades dans Regard sur la folie, tourné la même année, qui, lui aussi, fit événement. Cinquante ans après Ruspoli, le réalisateur Jean-Christophe Monferran et l’auteur, flanqués d’une comparse sociologue, Françoise-Eugénie Petit, partent sur les traces des Inconnus. Loin de toute nostalgie, ils veulent mesurer avec les acteurs de 1961 le chemin parcouru. Histoires de vie, donc, histoires de lieux aussi : Aubrac, Margeride, Cévennes. Ce sera Traces, produit en 2012 par le CNRS.
Saison après saison, participant à cette enquête cinématographique, l’auteur n’en demeure pas moins ethnologue et, à partir de son journal de terrain, il tenait à faire partager les rencontres, les ambiances villageoises, et surtout le souvenir que Les Inconnus a laissé localement. Pas strictement récit de tournage, au fil des portraits, l’ouvrage n’en dévoile pas moins les surprises, les déceptions aussi mais les petits bonheurs – les petits secrets de fabrication donc – et propose plus largement une réflexion sur la réception des films en milieu rural.


Au sommaire Préface. L’épreuve du retour par Daniel Fabre /// Avant-propos. En quête d’acteurs /// Chapitre 1. Mémoire vive. Les quinze Beaufils /// Chapitre 2. Traces perdues. Le prêtre, le berger, les trois frères /// Chapitre 3. Mémoire triste. Henri Cheyla /// Chapitre 4. Retour à Saint-Alban /// Chapitre 5. Mémoires fidèles. Le défri- cheur et ses enfants /// Chapitre 6. Un film de famille /// Note sur le cinéma « direct » par Jean-Christophe Monferran /// Le destin d’un film. Réception/circulation des Inconnus /// Fiches techniques /// Filmographie /// Bibliographie.


Ethnologue au CNRS, Martin de la Soudière demeure un homme de la Lozère et de ses hivers, là-haut. Chargé d’enseignement à l’EHESS et à l’École du paysage de Versailles, il se revendique d’abord ruraliste. Autour des lieux, des cueillettes paysannes, des paysages ordinaires et du climat, il a notamment publié : Au bonheur des saisons (Grasset, 1999), Lignes secondaires (Créaphis, 2008) et, en 2010, chez Stock : Poétique du village. Rencontres en Margeride. Il a aussi participé à la réalisation de L’Étrave et le Baliveau de Jean-Christophe Monferran (1994). 

Retour