ÉDITIONS YELLOW NOW

ÉDITIONS YELLOW NOW
 

ÉVÉNEMENTS

RÉTROSPECTIVE GUY GILLES /// CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

SIGNATURE ET PROJECTION / RENCONTRES DU 29

DES BOUQUINS SOUS LE SAPIN

Consulter la liste complète

 

LA DERNIÈRE IMAGE
978-2-87340-349-2

Jérôme Mayer
LA DERNIÈRE IMAGE


2014
216 pages
22 x 23 cm
30.00

Postface de Christophe Postic
 

L’ouvrage réunit en 216 pages une centaine de photogrammes – arrêts sur image de séquences filmées – constituant les ultimes images d’autant de séquences tournées pour l’essentiel à la volée avec un petit matériel vidéo numérique et analogique depuis que l’artiste enregistre passages et paysages de l’instant. […] 


[…] Naissant du décrochement, du basculement, ces images continuent paradoxalement à façonner l’illusion d’un retour de l’instant : là où le doigt a stoppé l’enregistrement, où le cadre a tangué, où une « amorce » finale lave l’image, où le noir jaillit et l’efface ou l’occulte, où pixels et trames floutent et s’affolent, un autre passé où vivre et mourir sont un même temps semble commencer.
Poursuivant une tentative d’exorcisme de la Fin à chaque captation dans l’achèvement nécessaire à l’existence de l’enregistrement, Jérôme Mayer cherche par l’extraction de ces photogrammes – matière et raison d’être de ce livre – à constituer plus qu’une collection de fantômes de derniers instants, plus qu’un journal de fins dans la narration d’un parcours autobiographique : un ouvrage autant qu’un objet où la fin écrit l’histoire.

L’auteur
Après des études parisiennes aux Beaux-Arts achevées au début des années 1990, Jérôme Mayer voyage au Canada et aux états-Unis à la recherche d’un temps alors amérindien qui le pousse au sud du Mexique à la veille du changement de millénaire. Il amorce là et développe depuis une œuvre vidéographique et pluridisciplinaire en prise avec l’enregistrement et la trace comme outils d’une tentative absolutiste de faire du passé un présent différé. La capture de l’empreinte de l’instant y est ritualisée dans des dispositifs visuels et sonores visant à conjuguer dans la boucle vivre et mourir à la fois.
Aujourd’hui établi en Belgique dans la campagne wallonne, il expose régulièrement ses réalisations* et enseigne à l’école supérieure des arts à Liège.


Christophe Postic est codirecteur artistique des États généraux du film documentaire de Lussas.

* Galerie Déon-Mayer (Paris, 2001), Festival Les écrans Docu­mentaires (Arcueil, France, 2004), Mamac (Liège 2006), Festival internacional de videoarte Optica (Madrid, Gijon 2009), De Markten, Entre chien et loup (Bruxelles, 2010), Les Brasseurs, Fantômes (Liège, 2012), L’Assaut de la Menuiserie, exposition individuelle (Saint-étienne, 2014). 

Retour