ÉDITIONS YELLOW NOW

ÉDITIONS YELLOW NOW
 

ÉVÉNEMENTS

RÉTROSPECTIVE GUY GILLES /// CINÉMATHÈQUE FRANÇAISE

SIGNATURE ET PROJECTION / RENCONTRES DU 29

DES BOUQUINS SOUS LE SAPIN

Consulter la liste complète

 

L'ATTRAIT DE L'ILLUSION
9782873404482

Jacques Aumont
L'ATTRAIT DE L'ILLUSION


2019
112 pages
12 x 17 cm
12.00

Le cinéma a été inventé à la fin du siècle d’Alexandre Dumas, de Balzac et de Jules Verne ; très vite, il fut prêt à prendre la relève de toutes les formes de littérature, de l’invention de mondes possibles à l’histoire des choses advenues, en passant par l’exploration du monde réel et celle des sentiments humains. C’est ce qu’un lieu commun de l’histoire du cinéma a résumé par le partage entre une voie Lumière, réaliste et terre-à-terre, et une voie Méliès, imaginative et fantaisiste. […]

[…] C’est oublier que le cinéma a été aussi, à sa naissance, l’exact contemporain de l’homme invisible et de l’inconscient freudien, et qu’il allait être bientôt celui de la relativité et du surréalisme. Armé d’entrée de jeu pour la capture automate des apparences et pour la fabrication de mondes merveilleux, le cinématographe se découvrit de plus en plus attiré par cet équivoque mais séduisant moyen terme entre réalité et fantaisie : l’illusion.
Il existe en cinéma tous les degrés de l’illusoire, depuis les plus simples (des vessies prises pour des lanternes). On s’est ici surtout intéressé à des constructions plus élaborées, jouant des prédispositions de l’esprit humain à se laisser entraîner dans l’irréel (par le rêve, le fantasme, l’hallucination et autres illusions matérielles), mais aussi, mettant en évidence qu’au fond, l’illusion n’est qu’une fiction qui se serait donné davantage de moyens pour convaincre son destinataire, lui souffler de faire un peu plus semblant de croire qu’il croit – et parfois, l’entraîner véritablement jusqu’au point où il ne sait plus où il en est.

 

SOMMAIRE
1. La voie de l’illusion / Substitutions / Impressions et apparences / Magiciens.
2. L’illusion fictive / Créatures invisibles, créatures trop visibles / Pouvoirs et puissances / Manière de faire des mondes.
3. La vie est illusion / Fantasmes de fantômes, fantômes de fantasmes / Rêves, rêveries, hallucinations / Errare humanum est.
4. Le cinéma et l’illusoire.


L'AUTEUR
Jacques Aumont est universitaire retraité (Sorbonne Nouvelle et EHESS) et critique. Il a enseigné l’esthétique et l’analyse de films et a publié deux douzaines d’ouvrages sur le cinéma et l’image, dont L’Œil interminable (1989, 2007), Amnésies. Fictions du cinéma d’après Jean-Luc Godard (1999), Matière d’images (2005, 2009), Que reste-t-il du cinéma ? (2012), Fictions filmiques (2017), et, aux éditions Yellow Now, « Vampyr » de Carl Th. Dreyer (1993), L’Attrait de la lumière (2010) et L’Attrait de l’oubli (2017).
 

 

Retour