CINÉMA ET CRISE[S] ÉCONOMIQUE[S]


Anne Roekens et Axel Tixhon CINÉMA ET CRISE[S] ÉCONOMIQUE[S] Esquisses d'une cinématographie wallonne

2011 144 pages 12 x 17 cm 14.00


Depuis Misère au Borinage (Henri Storck et Joris Ivens, 1933), le cinéma a régulièrement mis en images les crises économiques et, surtout, leurs répercussions sociales en Wallonie et ailleurs. Déjà s’envole la fleur maigre (Paul Meyer, 1960), Et la vie (Denis Gheerbrant, 1991), Les convoyeurs attendent (Benoît Mariage, 1999), la Raison du plus faible (Lucas Belvaux, 2006), Eldorado (Bouli Lanners, 2008), autant de films qui décrivent la crise à hauteur d’homme. Passant du singulier au collectif, ils en font découvrir les effets de l’intérieur, comme en contre-plongée. […]


[…] Un film peut-il ouvrir le champ de vision des spectateurs sur leur propre monde ? Comment expliquer, dans ces films, la récurrence d’images d’usines, de hauts fourneaux ou d’habitations ouvrières ? Ces représentations peuvent-elles constituer un ferment identitaire ? Cet ouvrage se nourrit des réflexions croisées de spécialistes de diverses disciplines. Des points de vue différents qui contribuent à l’élaboration de nouvelles lectures d’œuvres cinématographiques riches et complexes. La transcription du débat mené à l’issue de la journée d’études « Cinéma et crise(s) économique(s) » (Namur, 24 mars 2009) complète la publication, en révélant les enjeux d’une éducation à l’image. Publié avec les Presses universitaires de Namur.

Extraits du sommaire Bénédicte Rochet. Esquisse d’une cinématographie wallonne : un cinéma identitaire. Axel Tixhon. Misère au Borinage ou le mythe d’une Wallonie en crise. Anne Roekens. L’art du portrait ouvrier dans l’œuvre de Paul Meyer. Jean-Benoît Gabriel. La Wallonie révélée. Esthétique du paysage industriel chez Benoît Mariage et Bouli Lanners. Sébastien Fevry. Des corps en crise. À propos de la Raison du plus faible de Lucas Belvaux. Emmanuel Massart. « Rendre le peuple présent ». Propos sur Et la vie de Denis Gheerbrant. Débat. Des films à interpréter : pourquoi ? comment ?

Anne Roekens. Chargée de cours en histoire contemporaine aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur. Elle a publié Mon bel écran, dis-moi qui est encore belge… La RTB(F) face au débat identitaire wallon (1962-2000). Axel Tixhon. Professeur d’histoire contemporaine aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix à Namur. Il est le coéditeur, avec Annabelle Klein, d’un ouvrage sur la Communication audio-visuelle : entre réalité et fiction.