AVOIR UN BON COPAIN




Collection Véronique Marit AVOIR UN BON COPAIN 2013 128 pages 12 x 17 cm 14.00


Texte : Emmanuel D'Autreppe /// Entretien avec Alain Delaunois

Avoir un bon copain dévoile une sélection de photographies de l’impressionnante collection privée de Véronique Marit. Composées d’images glanées, trouvées, chinées, ce fonds est dédié aux photographies anonymes et d’amateurs, prises entre la fin du XIXe siècle et les années 60.

Parmi ces images de l’ordinaire, figure une galerie de portraits d’hommes et de femmes, de jeunes et moins jeunes, campés dans des scènes plutôt familières et attestant d’un moment fort, d’un instant complice : celui d’être ensemble, bras dessus, bras des- sous, sur la photo. « Portée par un vent favorable, la photographie “anonyme” n’a pas fini de révéler ses infimes trésors : sourires dérobés, flous énigmatiques, burlesque involontaire, familles et amis qui se dévoilent à demi-mot, petits ou grands moments, tragédies muettes, silences complices. Mais surtout, son statut léger mais non négligeable de document, son absence à peu près totale d’ambition et de prétention en font, dans le panorama complexe de la photographie actuelle, une source d’oxygène appréciable, salutaire, incongrue. Et à peu près inépuisable... Certes, nos dossiers non triés d’images numériques, déjà monstrueux, le seront aussi pour les générations à venir, qui sans cesse s’accélèrent et se précipitent. Mais auront-ils cette patine de l’histoire, ce recul qui donne leur préciosité à ces petits tirages dentelés, cette rareté fragile, cette apparente simplicité, cette évidence de sens qui nous manquent tant ?... Pour la dernière fois peut-être dans l’histoire d’un médium désormais proliférant et dématérialisé, ces humbles qualités suffisent encore, à elles seules, à nous émouvoir, et à accrocher pour un temps notre regard dans l’incessant défilement des images ».

Emmanuel d’Autreppe Extrait de Avoir un bon copain

Active depuis trente ans dans le milieu du cinéma, Véronique Marit est producteur exécutif de la société Dérives, entièrement dédiée au cinéma documentaire, créée en 1977 par Jean-Pierre et Luc Dardenne. Elle n’a pas oublié pour autant sa passion première pour la photographie : photographe de formation et fille de photographe, elle ramène de ses nombreux voyages (Chine, Zanzibar, Dakar, Cuba) des souvenirs sur pellicule qu'elle expose régulièrement. Elle collectionne aussi « depuis toujours » des photographies amateurs anciennes.