SAVOIR DIRE


Pascal Kané SAVOIR DIRE Pour vouloir faire 2015 256 pages 12 x 17 cm 17.00


Savoir dire pour vouloir faire tente de remettre sur le métier notre connaissance du cinéma classique et certaines de nos croyances en la possibilité politique du cinéma, quand il ne réinterroge pas les codes de la vraisemblance naturaliste. […]


[…] Pour cela sont évoqués nombre des « Grands Classiques », de Lang à Renoir, de Cukor à Buñuel, interrogés à l’aune de la psychanalyse, mais aussi d’un néo-brechtisme appliqué tout particulièrement au film d’Histoire. Savoir dire pour vouloir faire vaut également pour le dialogue entre Pascal Kané et ses contemporains : Serge Daney et Louis Skorecki, interpellés dans leur activité critique et ses enjeux esthétiques et idéologiques, mais aussi plusieurs cinéastes des années 70, de l’héritage assumé (Comencini, Polanski, Truffaut) à ceux du renouveau (les Taviani, Jancsó, Téchiné…). Savoir dire pour vouloir faire, enfin, donne l’occasion de visiter rétrospectivement une époque plus théorisante et idéologisée que celle d’aujourd’hui, et fait en outre apparaître l’écriture critique comme un exercice profitable pour la mise en scène. Pascal Kané dit ici sa conviction que cet exercice fut pleinement pour lui un acte de création. Le critique qu’il a été et le cinéaste qu’il est devenu n’en font pas douter.


Pascal Kané. Né à Angoulême en 1946. Critique aux Cahiers du cinéma de 1969 à 1981. Scénariste. Réalisateur de films de fiction (Dora et la lanterne magique, 1977 ; Liberty Belle, 1983 ; Nouvelle Suite vénitienne, 1985 ; La Fête des mères, 1991 ; L’Educatrice, 1996 ; Je ne vous oublierai jamais, 2010…) et de documentaires (A propos de Pierre Rivière, 1975 ; Chirico par Cocteau, 1981 ; Le Cinéphile et le Village, 1995…). Il a publié Roman Polanski aux éditions du Cerf en 1970 et Mésalliance. Les Jouhandeau (pièce de théâtre) aux éditions Papier sensible en 2011.