LUMIÈRE D'ÉTÉ (Jean Grémillon)


978-2-87340-363-8

Philippe Roger LUMIÈRE D'ÉTÉ de JEAN GRÉMILLON 2015 128 pages 12 x 17 cm 12.50


Dans Lumière d’été (1943), Jean Grémillon livre les clefs de sa poétique la plus secrète. Cinéaste du mystère ontologique, Grémillon s’est rarement confié avec autant de clarté que dans cette œuvre atypique. Jalon essentiel de sa maturité, ce film tout de contrastes demeure moins fréquenté que les deux chefs-d’œuvre qui l’encadrent, le tragique Remorques (1939-1941) et l’humaniste Le ciel est à vous (1944). […]



[…] C’est aussi qu’il relève davantage de l’essai, de l’expérience réflexive. Conçue comme une écoute des résonances de l’œuvre, la présente étude tente de cartographier son paysage esthétique, de révéler sa logique rigoureusement musicale et de suggérer ses discrets arrière-plans fantastiques, autant d’ouvertures vers un réalisme magique, cœur battant d’un cinéma de poésie au croisement de l’immanence et de la transcendance. Lumière d’été est l’œuvre d’un artiste-artisan indépendant des modes et des courants, distinct du Renoir de La Règle du jeu (1939) comme du Carné des Visiteurs du soir (1942), auxquels il répond par une critique interne. Un esprit libre, porté par une haute idée de son métier, visionnaire d’un art sonore encore à venir. Parce qu’il relie par sa mise en scène initiatique l’homme au cosmos, dans ses films vivants Jean Grémillon agrandit le monde.

Sommaire Lumière d’été. Composition en neuf mouvements /// Présences. Les deux sources de la critique /// 1. Ténèbres /// 2. Présentations /// 3. Apparition /// 4. Passés /// 5. Désespoirs /// 6. Tableaux /// 7. Dominations /// 8. Adieux /// 9. Vérités /// Annexe. L’accueil critique /// Bibliographie /// Fiche technique.

Philippe Roger est maître de conférences en études cinématographiques à l’université Lumière Lyon 2. Il est l’auteur d’ouvrages d’analyse de films, consacrés à des œuvres de Jean Grémillon (Remorques), Max Ophuls (Lettre d’une inconnue), Jean-Claude Guiguet (Les Passagers), Gérard Blain et ­Edmond T. Gréville. Critique à la revue Jeune Cinéma où il tient des chroniques ­régulières (glanures DVD et livres de cinéma), il réalise des films ­documentaires ainsi que des filmanalyses, et a coordonné avec Michel ­Serceau le ­volume de CinémAction des Archives du cinéma et de la télévision. Il est à l’origine du colloque de Cerisy Jean Grémillon et les quatre Éléments qu’il dirigea avec Yann Calvet en 2013.