LA CRÉATION CINÉMA


Alain Bergala LA CRÉATION CINÉMA 2015 272 pages 17 x 24 cm 30.00


Nombre de livres analysent les films comme objets finis, de l’extérieur, mais il n’en existe pas vraiment, à ce jour, qui analysent l’acte de création cinéma lui-même, dans ses choix et sa dynamique. Tout film, toute séquence, tout plan, portent la trace du geste de création dont ils sont l’aboutissement. Cette trace, c’est comme la touche du peintre lorsque l’on s’approche du tableau que l’on a d’abord regardé à la distance convenue : on voit alors le contact du pinceau avec la toile, la matière même dont est faite l'œuvre. […]



[…] C’est le propos de ce livre : essayer d’approcher l’acte de création de l’intérieur, à la naissance même de ce que va être le film, et tout au long de son processus de création. Il assemble des textes écrits pour diverses revues, publications et conférences. Il trace le chemin d’une réflexion continue de plus de vingt ans, où s’approfondit le travail sur quelques cinéastes essentiels à cette approche : Hitchcock, Rossellini, Godard, Bergman, Renoir, Eustache, Mizoguchi, Truffaut, Jean Vigo, Kiarostami... Il s’adresse à tous ceux que les questions de création (et pas seulement au cinéma) concernent ou intéressent. Ecrit dans un style simple, accueillant, sans jargon universitaire et sans barrières théoriques. Destiné bien sûr aux étudiants, aux enseignants et aux chercheurs en cinéma, il est susceptible d’ouvrir de nouvelles voies à l’analyse de film (quelque peu exténuée aujourd’hui à l’université, dans sa forme académique) et à la recherche en cinéma.

Alain Bergala a été rédacteur en chef et directeur de collection aux Cahiers du cinéma. Il est l’auteur de nombreux articles et d’ouvrages sur le cinéma. Il a été de 2000 à 2002 conseiller cinéma auprès du ministre de l'Éducation nationale. Il a réalisé plusieurs films pour le cinéma et la télévision. Il a été maître de conférences à Paris 3 Sorbonne nouvelle. Il enseigne le cinéma à la Femis. Il est commissaire d’exposition : Correspondances Kiarostami-Erice, Brune Blonde, Pasolini Roma. Livres. Aux Cahiers du cinéma : Correspondance new-yorkaise (avec Raymond Depardon),1981 /// Roberto Rossellini. Le cinéma révélé, 1985 ///// Maître d'œuvre du livre Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard, 1985 et1998 /// Nul mieux que Godard, 1999 /// L'Hypothèse cinéma, 2002. /// Abbas Kiarostami, 2004 /// Le cinéma comment ça va, 2005 /// Godard au travail, les années 60, 2006 /// Luis Bunuel, coédition : Le Monde, 2008. Aux Éditions Yellow Now : Voyage en Italie de Roberto Rossellini, coll. Long métrage, 1990 /// Une encyclopédie du nu au cinéma (dir. avec J. Déniel et P. Leboutte) 1994 /// Monika de Ingmar Bergman, coll. Côté films, 2005.

Extraits du sommaire 1. Le cinéma comme art impur (le rapport créateur-créature). De l’impureté ontologique des créatures de cinéma. /// Partie de campagne, une érotique du tournage. /// Du modèle féminin comme désir de peindre : Renoir père et fils. /// Politique de la jeune fille. /// Qu’est-ce qu’un grand cinéaste de la chevelure ? 2. L’acte cinématographique. L’acte cinématographique. /// Eureka. Immense. /// L’acte cinématographique : amateur/professionnel. /// « Professionnels et amateurs : la maîtrise ». /// L’acte cinématographique de filmer un nu. 3. Le cinéma comme art de l’intervalle. L’intervalle. /// De l’intervalle chez Mizoguchi. /// L’Argent de poche, un film construit sur l’intervalle. /// Valerio Zurlini, la douleur de l’intervalle. 4. Le cube et l’étendue, l’élastique et l’aquarium. Sur un art ignoré, côté face. /// Le plan-aquarium. /// Les Fleurs de Shangai .5. Le cinéma comme art de l’image absente. Alfred, Adam et Eve. /// Le tableau caché. /// Montage obligatoire. /// Une image absente hante l’image. /// La passion de la ressemblance. 6. Le cinéma comme autobiographie secrète du cinéaste. India comme autoportrait de Rossellini en cinéaste et en mari. /// Enfance d’un cinéaste /// Godard et ses doubles. /// Autoportait de Godard en jardinier. /// Copie conforme, un film palimpseste.